Fortes disparités des tarifs vétérinaires en France

19/07/2021

Fortes disparités des tarifs vétérinaires en France

LE PRIX DES CONSULTATIONS STAGNE

Premier constat : le prix des consultations stagnent tandis que celui des actes chirurgicaux augmentent. Cette augmentation s’échelonne, selon les régions, de 3 à 5 euros. La consultation, elle, coûte toujours 36 euros en moyenne ; une stabilité surprenante au regard de la dernière enquête d’UFC Que Choisir, qui avait mentionné une augmentation de 18% des honoraires de consultation entre 2012 et 2018.

Pour les grands chiens, le tarif des trois actes (consultation, stérilisation et rappel de vaccination) est de 7 % supérieur à celui de 2018, soit le double de l’inflation sur la même période.

L'ÎLE-DE-FRANCE LA PLUS CHÈRE

Deuxième constat : il y forte disparité de tarifs entre les régions. Cette disparité, déjà constatée dans la précédente enquête, se voit renforcée sur les trois dernières années. Sans surprise, c’est en région parisienne que les tarifs les plus hauts sont enregistrés. Notamment pour les chiens : +23% par rapport au coût moyen national. Vient ensuite la Guyane (+11% par rapport à la moyenne) et la Provence-Alpes-Côte-d’Azur (+8%). C’est en Bretagne et en Occitanie que les tarifs sont les moins élevés.

Troisième constat : les grandes villes sont plus chères. Les prix des actes vétérinaires pratiqués dans les villes de plus de 50 000 habitants sont plus chers que dans les communes moins peuplées : jusqu’à 19% supérieurs pour les soins des chats et 15%, en moyenne, pour les chiens. Des disparités importantes peuvent exister dans les départements d’une même région. C’est le cas en Île-de-France, où les tarifs sont plus chers de 12% pour les chats dans les villes de plus de 50 000 habitants. L’écart est de 10% pour les actes concernant les chiens. Dans les Hauts-de-Seine, par exemple, une même consultation pour un labrador coûte 49,50 € à Nanterre tandis qu’il faut débourser 36 € à Gennevilliers. Dans le Val-d’Oise, une consultation pour un labrador coûte 40 € à Sarcelles mais seulement 36 € à Montmorency.

35% PLUS CHER À PARIS 

C’est dans la capitale, sans surprise, que les tarifs sont les plus élevés, selon cette enquête. Un échantillon de vétérinaires plus large a été interrogé afin de cartographier plus précisément les tarifs pratiqués à Paris. Les tarifs moyens dans la capitale sont les plus élevés de France : +35% par rapport à la moyenne nationale et +17% en moyenne que le reste de l’Île-de-France. Stériliser un chat, par exemple, coûte en moyenne plus de 60% plus cher que dans le reste de la France. Le coût des soins pour un chat est d’une manière générale plus cher de 15% par rapport au reste du territoire.

D’importantes disparités sont également constatées entre les arrondissements de la ville, notamment selon l'espèce concernée puisqu’il faut doubler son budget vétérinaire pour la consultation d'un chien plutôt que d'un chat.

À titre d'exemple, une consultation féline coûtera aux alentours de 35 euros dans le 14e arrondissement, alors qu’il faudra débourser près de 72 euros dans le 3e !

LE COÛT DE LA TECHNOLOGIE

Pour Thomas Legrand, auteur de l’enquête, « l’augmentation relative des tarifs depuis 2018 est multifactorielle. Les vétérinaires répercutent sur les actes chirurgicaux et vaccinations l’augmentation continue des consommables qu’ils utilisent comme les vaccins, les médicaments, les anesthésiques, antibiotiques, bandages, fils, etc. L’apparition de nouvelles techniques, comme la cœlioscopie, peut également expliquer un coût plus important des stérilisations de femelles. Enfin, les vétérinaires sont aussi amenés à s’équiper de matériel toujours plus performant (radiographie numérique, échographe, laser…), ce qui se répercute sur les tarifs de ces actes mais aussi d’autres plus fréquents. »

Pour lui, l’arrivée des chaînes de cliniques vétérinaires en France a certainement eu un impact sur les tarifs, désormais uniformisés et pas forcément vers le bas…

 

Tous les résultats de l’enquête sont à retrouver sur le site le-mammouth-dechaine.fr


AUTEUR DE L'ARTICLE

  • Katia RENARDRédactrice en chef du magazine 30 millions d'amis
Retour
Top
Réglage des paramètres de cookies

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur. Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers.

Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.

  • Régler les paramètres
  • Accepter tous les cookies et continuer vers le site