Les origines de l'American Staffordshire Terrier

Les origines de l'American Staffordshire Terrier

La Griffe du Dragon, élevage d’American Staffordshire Terrier dans le Var (83), dans la commune Les Arcs, met tout en œuvre pour réhabiliter cet animal au grand cœur auprès de l’opinion publique. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à contacter votre éleveur canin via le formulaire en ligne prévu à cet effet.

Les chiens American Staffordshire Terrier n’ont été reconnus qu’en 1936 par le Kennel Club Américain (A.K.C). Ces descendants des Bulldogs et des Terriers, connus pour leur tempérament joueur, leur courage, leur gentillesse et leur amour immodéré pour leur famille, n’ont conservé des chiens de taureaux que leur morphologie.

L'histoire de la race

L’histoire de l’American Staf est étroitement liée à celle de l’American Pit Bull Terrier, qui apparaît au XXe siècle. À cause des combats de chiens, très prisés en Grande-Bretagne et dans d’autres pays d’Europe, la sélection des chiens se fait sur des critères très précis, afin de répondre aux attentes de cette activité. Les "Old Bull Baiting Dogs" évoluent vers des chiens plus puissants et agressifs, qui doivent affronter taureaux, ours ou encore fauves.

En 1835, ces sports de sang sont interdits en Grande-Bretagne par l’"Human Act". Toutefois, des combats de chiens sont quand même organisés clandestinement, dans des arènes improvisées (Pit), à l’arrière de cafés. Les chiens sélectionnés deviennent alors plus légers, par apport de sang de divers Terriers. À l’ardeur des Molosses est associée la ténacité et la vivacité des Terriers.

L'histoire de la race

Dans les années 60, de nombreux chiens sont exportés aux États-Unis, où les combats de chiens font également de nombreux adeptes. Une nouvelle race est créée et prend le nom d’American Pit Bull Terrier. Elle est reconnue en 1898 par l’organisation cynophile United Kennel Club (U.K.C). Les croisements avec d’autres races sont alors interdits et l’association essaye de donner une meilleure image à ces chiens, notamment en les faisant participer à des concours de beauté.

Les adeptes des combats de chiens vont alors se tourner vers une nouvelle association, l’American Dog Breeder Association, qui perpétue cette activité. En 1936, l’A.K.C reconnait la nouvelle race créée, sous le nom d’American Staffordshire Terrier. Le croisement entre l’American Pit Bull et le Staffordshire Terrier est interdit en 1955.

L’American Staff accompagne les soldats américains durant la deuxième guerre mondiale et commence à se développer en Europe sur le territoire allemand. Il n’arrive en France que vers 1984 et est alors interdit au L.O.F. (Livre des Origines Français). Il faut attendre les années 90 pour que cette race de chien devienne à la mode. Malgré tout, l’American Staff continue de souffrir de délit de faciès.

L’élevage de chiens American Staffordshire Terrier La Griffe du Dragon, installé dans le Var depuis 1997, travaille activement à la reconnaissance de cette race exceptionnelle.


Le standard de la race American Staffordshire Terrier

L'aspect général

L'aspect général

Le Staffordshire américain doit donner une impression de grande force pour sa taille. Ce chien est musclé et bien construit, tout en étant agile et gracieux. Il doit être compact, ni haut sur pattes, ni levretté dans ses ligne. Son courage est proverbial. Il est très éveillé avec son entourage.

 

La tête

La tête de l’American Staff est de longueur moyenne, haute de toutes parts. Son crâne est large, les muscles jugaux très prononcés et le stop est marqué. Ses oreilles sont attachées haut.

Les oreilles

Les oreilles sont coupées ou non. Dans ce dernier cas, qui est préféré, elles doivent être courtes, en forme de demi-roses ou dressées. Les oreilles tombantes sont à proscrire.

Les yeux

Les yeux de l’Amstaff sont de couleur foncée, ronds, placés bas et très écartés. Ils peuvent s’associer à la couleur de la robe pour les sujets bleus. Ils n’ont pas de ladre aux paupières. Un entropion ou ectropion (même opérés) peut être pénalisé.

Le museau

Le museau est de longueur moyenne, arrondi dans sa partie supérieure et tombant brusquement sous les yeux. Les mâchoires sont bien dessinées. La mâchoire inférieure doit être forte et puissante dans sa prise. Les lèvres sont jointives, s'adaptant à la mandibule sans montrer de parties lâches. Les incisives supérieures sont en contact étroit avec la face antérieure des incisives inférieures. Les dents en tenaille sont acceptables mais, à qualité égale, le chien ayant des dents en ciseaux doit être favorisé. La truffe est absolument noire.

Le cou

Le cou de l’American Staffordshire est lourd, légèrement galbé, de longueur moyenne et va en diminuant des épaules à l'attache avec la tête. Il ne possède pas de fanon (la peau n'est pas lâche).

Les épaules

Les épaules sont fortes et musclées, les omoplates sont larges et obliques. Les chiens surchargés aux épaules ne peuvent prétendre qu'au "Très Bon".

Le dos

Le dos

Le dos est assez court et présente une légère pente du garrot à la croupe, qui offre une déclivité courte et douce, jusqu'à la naissance de la queue. Le rein est légèrement remonté.

 

Le corps

Les côtes de l’Amstaff sont bien cintrées et sont longues vers l'arrière. Elles sont serrées les unes contre les autres. Les membres antérieurs sont suffisamment écartés à l'attache pour permettre le bon développement de la poitrine qui est haute et large.

La queue

La queue est courte par rapport à la taille du chien, attachée bas, allant en s'amenuisant vers une extrémité fine. Elle n'est ni enroulée, ni portée au-dessus du dos. Elle n'est pas écourtée. Un fouet gai dans les allures ou dans l'excitation n'est pas pénalisé.

Les membres

Les membres antérieurs doivent être droits, l'ossature est forte et ronde, le canon métacarpien d'aplomb. Le devant ne doit pas présenter la moindre courbure. Les membres postérieurs sont bien musclés, les jarrets sont descendus et ne sont tournés ni en-dedans ni en-dehors. Les pieds sont de dimensions moyennes, bien cambrés et compacts. La démarche doit être élastique, le chien ne doit ni rouler dans ses allures ni aller l’amble.

La robe

Poil court, serré, raide au toucher et luisant.

La couleur

La couleur

Toute couleur de robe est admise : unicolore, pluricolore ou panachée, mais ne sont pas recherchées les robes : toute blanche, ayant plus de 80% de blanc, noir et feu, ainsi que la couleur foie. Ne peuvent prétendre qu'au " Très Bon " les robes déjà cotées ci-dessus et les robes uniformes de couleur délavée.

Remarque : Si un chien à majorité noir et feu présente une ou des taches blanches, c'est un tricolore, il n'est alors pas pénalisé pour sa couleur.

La taille

Le poids est en rapport avec la taille. Il faut rechercher :

  • pour le mâle : une taille de 18 à 19 pouces (45,72 à 48,26 cm) mais la taille est acceptable jusqu'à 52 cm. À qualité égale, le chien de 50 cm ou moins passe devant les sujets plus grands ;
  • pour la femelle : une taille de 17 à 18 pouces (43,18 à 45,72 cm) mais la taille est acceptable jusqu'à 50 cm (sans l'excéder). À qualité égale, il faut favoriser les tailles inférieures.

Les défauts

Il faut pénaliser la truffe dépigmentée, les yeux clairs ou les paupières dépigmentées, la queue trop longue ou mal portée, le prognathisme supérieur ou inférieur.

Note : Les mâles doivent avoir les deux testicules d'apparence normale, complètement descendus dans le scrotum. Les juges devront également noter sur les slips de jugement la taille précise (pour les chiens toisés), les problèmes de crocs du bas rentrant dans le palais, les oreilles écourtées trop courtes.

Standard Fédération Cynologique Internationale.

Top